vendredi 7 juillet 2017

DBA, LE jeu pour tout le monde ?

Il y a quelques jours je suis tombé sur un schéma rigolo en surfant sur le forum Fanaticus. C'est un diagramme de Venn qui tente d'expliquer pour De Bellis Antiquitatis, malgré tous ses défauts, est un jeu qui plaît ou, du moins, devrait plaire au plus grand nombre.

Le schéma montre que DBA est "à la croisée des chemins" de plusieurs aspects que les joueurs recherchent dans un jeu, aspects qui, du reste, caractérisent bien la plupart des jeux dont nous avons l'habitude. Le choix du nom de ces aspects et des jeux qui les caractérisent montre aussi que l'auteur du schéma est anglo-saxon et que c'est un vieux joueur mais passons là dessus pour jouer au jeu du portrait chinois de DBA.

C'est un wargame ?

Si on prend comme définition du wargame un jeu qui combine cartes et pièces (figurines ou non) et qui propose aux joueurs de simuler un affrontement militaire historique ou pas, alors oui, c'est effectivement le cas. Comme c'est le cas pour les autres jeux cités : Small World (oui, ne rigolez pas, selon la définition, c'est un wargame) et surtout Mémoire 44. Le cas de Tigre&Euphrate et d'Axis&Allies:Minis est plus problématique pour moi car je n'y ai jamais joué. Mais d'après la description de ces jeux sur BoardgameGeek, c'est pertinent de les considérer comme des wargames.

C'est un jeu "Gateway" ?

En français, on préfère parler de jeu d'introduction ce qui est tout de même plus parlant. Voyons ce qu'on a. Catan (Settlers), Mémoire 44 et Wings of War (on prendra X-Wing) sont effectivement des jeux d'introduction. Je parle pour ma pomme en ce qui concerne Catan puisque lors de mon séjour en Roumanie, pour la plupart des gens avec lesquels j'y ai joué cela représentait le premier jeu de société moderne auquel ils avaient joué. En ce qui concerne Mémoire 44, c'est la même chose si j'en crois l'engouement qu'a reçu ce jeu au Coffre à Jeux quand il est sorti en français. Enfin, pour X-Wing/Wings of War, je prends l'expérience de la saison 2015-2016 d'Orléans Wargames qui a vu un afflux de nouveaux joueurs grâce à ce jeu.

C'est un "Eurogames" ?

Pour les anglo-saxons de type nord-américain, un "eurogame" est un jeu à la mécanique un peu chiadée, où le hasard est contrôlé (on pourra en reparler), dans lequel les interactions entre joueurs et l'immersion thématique sont secondaires. C'est l'aspect qui me pose le plus de problème car si Catan est bien un "eurogame" selon cette définition (quoiqu'il pâlisse en comparaison d'un Descendance ou d'un Caylus), je ne vois absolument pas Small World dans cette définition ! Et DBA alors ? L'interaction entre joueurs est permanente, au moins lorsqu'on joue avec moi. Le hasard, pas besoin d'en parler (j'ai menti), c'est un jeu de chattard. Quant à l'immersion thématique, je ne sais pas ce qu'il faut mais je ne connais pas de joueur assidu qui n'ait jamais ouvert un livre d'histoire ou regarder sur Wikipedia le background de la liste qu'il s'est choisi. Mais je pense pas qu'il s'agisse de ça mais plutôt du côté "simulationniste" des règles. Et ça nous amène directement au côté "mécanique chiadée" et à l'aspect abstrait du jeu.

C'est un jeu abstrait ?

Je pense que ça apparaît très clairement lorsqu'on compare DBA à Field of Glory (FoG), Art de la Guerre (AdG), Impetus ou Hail Caesar. Tous ces autres jeux proposent des budgets de liste, des règles spéciales pour chaque type de troupes et des modificateurs de caractéristiques très précis. Ils se placent très nettement dans une catégorie de jeux simulationnistes voire réalistes, créneau dont DBA est très loin avec ses listes fixes, ses types de troupes agrégés et ses caractéristiques limitées. Par exemple, là où FoG fait une différence entre velites romains et frondeurs carthaginois du fait que ces derniers sont des tireurs, DBA n'en fait aucune et les considèrent comme des tirailleurs totalement identiques (des psiloi).

Qui joue à DBA ?

Attention, ce qui va suivre n'est absolument pas une étude statistique rigoureuse !
Si je prends l'exemple d'Orléans Wargames, la population des joueurs et des joueuses de DBA comprend 2 ou 3 joueurs d'historique, 3 ou 4 joueurs de jeux de figurines autres et 3-4 débutants qui sinon jouent à des jeux de société/jeux de rôle. Cela ne montre rien du tout mais peut s'interpréter avec l'aide de tout ce que je viens de dire avant. Les débutants y voient un jeu d'introduction qui n'est franchement pas plus compliqué que Caylus ou Small World une fois qu'on a expliqué les règles du mouvement tactique et qu'un joueur expérimenté résout les cas de recul/fuite/débord/soutien un peu tordus. Les joueurs historiques y voit une récréation agréable et une occasion de finir une partie en 45 minutes et d'en jouer une autre ensuite. Et les autres le prennent comme un jeu abstrait avec un thème antique plutôt rafraîchissant.

Cette interprétation est justifiée aussi par l'accueil du public lors de festivals et de conventions (Paris Est Ludique, Orléans Joue, FLIP, Fête du Jeu). Le jeu est plébiscité par les jeunes joueurs, par les vieux joueurs qui aimeraient s'y remettre et par certains non-joueurs qui acceptent quand même d'y jouer. Les plus critiques sont les historicistes invétérés qui se reconnaîtront peut-être. Même un certain RafPark dit du bien de DBA, c'est dire !

Pourquoi tout le monde n'y joue pas ?

J'ai identifié plusieurs raisons qui ne vont étonner personne : l'austérité assumée (ou non) du matériel de jeu, l'absence de côté "prêt-à-jouer" et le thème historique qui peut rebuter pas mal de monde (un peu comme les maths en fait !). Le fait que le hasard soit prépondérant peut aussi être un frein à l'adoption du jeu mais je pense que c'est secondaire quand on voit le nombre de jeux de chattard qui ont du succès. D'un autre côté, Mortem et Gloriam vient de sortir en français et j'espère que l'auteur ne va pas penser à en publier une version d'initiation.

Combattre des défauts inhérents est compliqué puisque l'éditeur est lié par un contrat de licence avec les auteurs originaux de DBA mais cela n'empêche pas de réfléchir à ce que pourrait être un DBA "sexy". Changer le thème ? On aimerait faire un HOTT 3.0, oui ! Changer la mise en page du bouquin et proposer plus d'illustrations ? Oui, aussi mais c'est un risque éditorial important et personne ne sait si un bouquin à 50€ se vendra. Proposer une boîte prête à jouer avec des figurines en plastique à clipser sur des socles et un bouquin de règles allégé ? Pourquoi pas. Et vous, qu'en pensez-vous ?





2 commentaires:

  1. On joue à DBA au club depuis quelques temps déjà (avant la sortie fr). A chaque événement qu'on organise (tournois ou journée découverte) nous sommes une dizaine à nous réunir. Le point qui revient le plus souvent (chez les joueurs debutants comme chez les confirmés) c'est que les règles sont simples mais extrêmement mal rédigées. Ça et le fait que ce soit un jeu historique qui peut faire peur (comme les maths, belle analogie).
    Sinon on a plein de retours positifs sur la richesse stratégique du jeu et le ticket d'entrée plutôt faible.

    RépondreSupprimer
  2. Moi, perso, à chaque fois que je vois des joueurs y jouer, c'est toujours avec des galettes marrons pour les champs, vertes pour les forêts, etc... donc un jeu pas sexy... j'ai essayé de faire un truc plus beau avec HOTT mais le manque de joueurs n'aide pas. Et puis ces règles sont pas facilement assimilables. Mais DBA reste pour moi une référence.

    RépondreSupprimer